Les semaines et les mois filent…

En ce début 2021, il est temps de vous donner des nouvelles de notre grand projet L’Archipel du Vivant, de vous raconter le début de notre épopée. Tout a commencé en mars 2020 par des échanges entre 3 rebelles : deux jeunes frangins de 17 et 18 ans à l’agilité intellectuelle époustouflante et un “vieux” de 45 ans au vécu enrichissant. Ils s’étaient rencontrés fin août 2019 lors de l’événement “L’An Off” organisé par La Bascule et s’étaient associés dans la foulée à un autre projet qui a périclité en raison du fameux “PFH” (Putain de Facteur Humain).
À vrai dire, j’avais un projet en tête depuis l’été 2019. Je l’avais présenté à Mathieu et Thomas et ils avaient accroché. Mais comme ce projet n’était pas complètement abouti, encore en maturation, nous avions décidé de nous investir dans cet autre projet plus mûr. À quoi servait-il alors de lancer “MON” projet alors même qu’un projet initié par un autre était plus avancé ? Nous n’avons vraiment plus le temps pour ces petites guerres d’ego mal placé. Je n’ai d’ailleurs jamais utilisé “MON”, toujours dit “NOTRE”, car aucun projet n’appartient à personne, surtout pas un projet au service du bien commun. Pendant 5 mois nous avons donc tous les 3 apporté notre énergie et nos idées à ce projet. Et puis, en janvier 2020, ce projet s’est effondré tout seul pour de multiples raisons : comportement toxique du porteur de projet à l’égard des personnes les plus impliquées, absence de cohésion d’équipe voire même d’équipe tout court, absence de rétro-planning, absence d’organisation et de répartition claire des tâches…
Comme toutes les aventures auxquelles j’ai participé ou que j’ai initiées depuis 2017 – l’écolieu “L’EurOasis“, le projet citoyen “Strasbourg GO” et la liste “Citoyens engagés” dans le cadre des municipales 2020 à Strasbourg – ce projet a grandement contribué à ma réflexion, tant stratégique qu’opérationnelle.

L’Archipel du Vivant existe depuis un peu plus de 9 mois et j’avoue éprouver une vraie satisfaction sur ce que nous avons déjà réalisé et une immense gratitude à l’égard de toutes les personnes qui ont déjà rejoint notre folle aventure. Merci du fond du coeur ! 🙂



L’étape 1 est désormais bien avancée ! 

Comme vous le savez, L’Archipel du Vivant poursuit 3 ambitions qui sont autant de grandes étapes dans son déploiement :

  1. PARTAGE – notre site web ressources
  2. RÉSILIENCE – l’organisation opérationnelle de la résilience territoriale pour anticiper les risques systémiques liés à l’effondrement de notre civilisation
  3. ÉMANCIPATION – la mise en place de piliers sociétaux alternatifs

Notre site-boussole  est en ligne depuis août 2020 et il s’enrichit progressivement depuis. Vous y trouverez des fiches pédagogiques, des kits pratiques, des annuaires utiles, des sélections de formations pour acquérir les compétences clés….
Ce site web ressources a pour vocation de vous permettre de comprendre les enjeux, découvrir les initiatives alternatives les plus inspirantes dans les territoires, changer de vie, basculer, vous débrancher du système, etc. Vous pouvez toutes et tous y contribuer en nous indiquant vos propres ressources et sources d’inspiration, en enrichissant un contenu existant et/ou en écrivant de nouveaux contenus. Votre aide est précieuse ! Un ÉNORME merci à toutes celles et tous ceux qui ont déjà contribué : Naomi Simeon, Moko, Benoit Bride, Ariane Vitou, Luc Jacob, Céline Jeanesson, Guillaume Goetz.

Début décembre, nous avons également lancé notre média – la partie blog du site – afin de partager notre vision, nos intuitions, nos émotions, nos coups de coeur et nos coups de gueule. Ainsi, vous y trouverez chaque mardi un article de fond ou une “pépite” et chaque jeudi une interview. Ici encore, nous sommes déjà plusieurs à participer à notre média. Et ici encore, toutes les contributions sont les bienvenues. Un ÉNORME merci à Naomi Simeon, Moko et Anne-Laure Nicolas, ainsi évidemment qu’à toutes les personnes que nous avons déjà interviewées.


Nous allons désormais initier l’étape 2 (voir plus bas).


Notre organisation interne a évolué

Après avoir débuté l’aventure à 3, puis 5, nous sommes aujourd’hui déjà une petite trentaine ! 

Merci donc à Naomi Simeon, MokoEloïse Le Roux, Thomas Kuntz, Somhack Limphakdy, Mathieu Kuntz, Ariane Vitou, Jérôme Fonteneau, Catherine Jolivet, Ivan Guyot, Daphnée Poupart-Lafarge, Soufiane Kharroubi, Anne-Laure Nicolas, Maxime Giordano, Sundari Giordano, Benoit Bride, Alice Croize, Guillaume Goetz, Céline Jeanesson, Tom Howells, Luc Jacob, Christopher Giroud, Paul Beraha-Belin, Nicolas Hassanaly, Victor Locuratolo, Philippe Kuhn, Christophe Moreau.
Merci aussi à celles et ceux qui pourraient – nous l’espérons – nous rejoindre dans les prochains jours, les prochaines semaines : Bénédicte Hurpeau, François Henri Perrin, Anne-Claire Palud, Sébastien Bequignon, Yolaine Delaygues, Florent Tuduri, Anaïs Jacquet, Adrien Biassin, Clément Pairot…
Sans oublier celles et ceux qui nous ont déjà aidé ou qui vont le faire sans toutefois souhaiter apparaitre nominativement.

Merci à toutes et tous ! 🙂

Ainsi, dorénavant, les différentes activités relatives au projet vont se développer dans le cadre de cercles dédiés.  
Nous avons décidé de faire sauter cette distinction quelque peu artificielle et finalement contre-productive pour permettre à chacun·e de s’inscrire dans notre dynamique holacratique et d’avoir accès à nos outils.
Ce qui a vraiment changé fin 2020, c’est notre organisation. Dès l’origine nous avons adopté un fonctionnement en gouvernance partagée, inspirée de l’Holacratie. Mais, dans un premier temps nous avions fait une distinction entre d’un côté une “Équipe Coeur” réunissant les personnes les plus disponibles et les plus engagées sur le projet et de l’autre des contributrices et contributeurs ponctuel·le·s qui nous prêtaient main-forte sur un aspect du projet, le logo, un contenu sur le site web, une mise en relation utile…

Voici notre Design de Gouvernance !


Nous lançons l’étape 2 – Résilience biorégionale !

En ce début 2021, nous initions l’étape 2 avec le lancement de deux expérimentations concrètes sur le terrain. Notre premier objectif est d’identifier 2 territoires pilotes sur lesquels nous allons dessiner les contours de ces 2 premières biorégions :

  • l’une autour de Mouans-Sartoux en partenariat avec l’école LUMIÅ dans le cadre d’un projet recherche-action mobilisant 3 à 4 apprenant·e·s et auquel va s’associer le centre de recherche de l’école.
  • l’autre autour ou à proximité immédiate du Domaine La Bruyère situé en plein coeur du Parc Naturel Régional Périgord-Limousin où s’installe fin janvier le tout premier écovillage du projet 0.6 Planet. Je vais y vivre à partir du 22 janvier ! 

Les enjeux de résilience et de soutenabilité sont au coeur des projets LUMIÅ et 0.6 Planet. Nous sommes très heureux·euses de pouvoir les associer à notre projet. Nous allons également créer des synergies mutuellement bénéfiques avec le Réseau Français des Territorialistes.

Cette étape 2 se déroulera en plusieurs sous-étapes avec une phase “Audit” (dessin des contours des 2 biorégions pilote, cartographie des acteurs et notamment des initiatives territoriales existantes, cartographie des risques classiques et systémiques, enquête/diagnostic sur la résilience territoriale face à ces risques…), une phase “Action” (rencontre des acteurs, sensibilisation aux risques systémiques, organisation opérationnelle de la résilience, création de ressources dédiées, animation du réseau biorégional), une phase “Information” (partage d’expérience à partir de ces deux expérimentations) et enfin une phase “Essaimage”.
Autant vous dire qu’il y a du boulot !
Cette étape 2 s’inscrit pleinement dans une véritable tendance de fond en prise directe avec l’anéantissement du vivant et l’imminence de l’effondrement : L’EXODE URBAIN, LA RÉSILIENCE TERRITORIALE ET L’ÉMANCIPATION BIORÉGIONALE

Les dernières semaines, L’Archipel du Vivant s’est associé à deux projets qui concourent à cette forte dynamique :

  • Les États Généraux de la Société Écologique du Post-Urbain

Ces EGPU ont été lancés à l’initiative de Guillaume Faburel dans la foulée de son dernier livre Pour en finir avec les grandes villes. Manifeste pour une société écologique post-urbaine.
L’Archipel du Vivant fait partie du Comité de Pilotage et participera à un groupe de travail dédié aux expérimentations territoriales. 😉

  • Pour des Territoires d’expérimentation des transitions

Ce projet est initié par le Mouvement Colibris. Une quinzaine d’organisations y participent.
L’Archipel du Vivant vient de rejoindre ce collectif.


L’année 2021 s’annonce donc très excitante.
Nous vous donnerons régulièrement des nouvelles afin de vous permettre de suivre l’évolution de notre projet.

Nous avons trop longtemps fait semblant. Il nous appartient désormais de faire VRAIMENT.
Rejoignez-nous ! 😉



Pour aller plus loin, voici quelques liens utiles à découvrir sur notre site ressources :