Notre projet vous intéresse ? Vous souhaitez y contribuer ? Écrivez-nous : contact@archipelduvivant.org

FAUSSES SOLUTIONS

par Jean-Christophe Anna

Combattons les idées reçues qui sont contre-productives !

Nous vous proposons ici de déconstruire idées reçues et fausses solutions car nous n’avons plus le temps de nous tromper de combat ou d’objectif ! 

Le climat n’est pas le bon combat !

  1. Sans le climat, la situation écologique serait déjà catastrophique.
  2. Notre civilisation n’a pas besoin du climat pour s’effondrer.
  3. Le climat n’est pas l’origine de l’urgence écologique actuelle, c’est un symptôme de notre civilisation destructrice.
Pour en savoir plus... déroulez !

1. Sans le climat, la situation écologique serait déjà catastrophique. 

Exploitation des ressources renouvelables à un rythme bien trop rapide pour qu’elles puissent se régénérer ; épuisement sans aucune limite des ressources non renouvelables ; pollution – chimique, plastique, sonore – totale (de la terre, de l’eau, de l’air, de l’espace) ; changement d’affectation et appauvrissement dramatique des sols ; déforestation ultra massive ; artificialisation et urbanisation galopante ; acidification accélérée des océans ; disparition progressive du phytoplancton ; désertification rampante ; épuisement des réserves d’eau douce et stress hydrique de plus en plus inquiétant ; destruction ignoble des habitats naturels ; massacre des animaux sauvages (chasse, braconnage) ; agriculture formidablement destructrice et élevage intensif complètement délirant ; surpêche mortifère ; anéantissement radical de la biodiversité ; dérégulation incontrôlée des écosystèmes aux effets incontrôlables ; perturbation des grands cycles géochimiques de l’azote et du phosphore… Pensez-vous sérieusement que notre planète puisse rester longtemps habitable en subissant de telles dégradations ?

Notre civilisation thermo-industrielle, extractiviste-productiviste-consumériste, est une entreprise collective de destruction massive du vivant !

Nous avons tellement altéré les conditions d’habitabilité de la planète, que nous pourrions parfaitement finir par toutes et tous mourir assoiffé·e·s, affamé·e·s ou asphyxié·e·s bien avant de mourir brûlé·e·s !

2. Notre civilisation n’a pas besoin du climat pour s’effondrer.

Le Rapport Meadows “Limits to Growth” de 1972 a démontré que notre civilisation thermo-industrielle risquait de s’effondrer entre 2020 et 2030. La pertinence et les projections du modèle “World 3 ” ont été confirmées à à 4 reprises en 1990 et 2004 par Denis Meadows lui-même, puis en 2008 et 2012 par Graham Turner. Et à chaque fois, c’est la pire des hypothèses, celle qui nous envoie le plus rapidement vers l’abîme, la fameuse “Business as usual”, qui fut vérifiée.

Or, le modèle algorithmique ne tient pas compte du facteur climatique !

En s’appuyant sur l’empreinte écologique et la biocapacité, 2 concepts essentiels et indépendants du réchauffement climatiques, Arthur Keller démontre brillamment comment le seul imaginaire de l’avenir qui soit réaliste est l’imaginaire effondriste. (vidéo NEXT Effondrement : seul scénario réaliste ?)

Car l’empreinte écologique (les ressources que nous prélevons, la pollution et les déchets que nous rejetons, les dégâts que nous infligeons) ne peut pas durablement dépasser la biocapacité de la Terre (sa capacité à régénérer les ressources, à absorber la pollution et les déchets, à réparer les dégâts). Or, c’est déjà le cas depuis 50 ans !!!

3. Le climat n’est pas l’origine de l’urgence écologique actuelle, c’est un symptôme de notre civilisation destructrice.

Lutter contre le réchauffement climatique sans remettre en question la triple dimension extractiviste-productiviste-consumériste de notre civilisation ne sert à rien, c’est totalement inefficace ! Le climat un facteur dangereusement aggravant de la crise écologique que nous connaissons, mais ce n’est qu’un facteur parmi tant d’autres.

L’urgence n’est pas climatique, elle est écologique et systémique !

Il nous faut préserver les conditions d’habitabilité de la planète pour sauver la vie sur Terre !

Pour faire le tour de la question, découvrez le livre de Jean-Christophe Anna Le climat n’est pas le bon combat.

La transition n’est pas la solution ! 

  1. La transition n’a jamais réellement commencé.
  2. Nous n’avons plus le temps.
  3. L’objectif n’est pas le bon.
Pour en savoir plus... déroulez !

1. La transition n’a jamais réellement commencé.

Une transition doit nécessairement avoir un début. Or, loin de se substituer les unes aux autres, les énergies se sont toujours… additionnées ! Ainsi, le pétrole n’a jamais remplacé le charbon, pas plus que le nucléaire n’a remplacé le pétrole. Autant le dire tout de suite, celles et ceux qui imaginent que les énergies renouvelables vont finir par remplacer le pétrole se trompent.

Le mix énergétique mondial n’a pas évolué depuis… 1980. Selon le World Energy Outlook publié par l’AIE (Agence Internationale de l’Énergie) en 2017, les énergies fossiles fournissent toujours l’essentiel de la consommation d’énergie de l’humanité, soit 82% : 32% pour le pétrole, 28% pour le charbon et 22% pour le gaz naturel. Le nucléaire représente 5%, l’hydroélectricité 2%, les biocarburants et les déchets 10%. Les énergies renouvelables (solaire et éolien principalement), quant à elles, ne couvrent que… 1% de la consommation mondiale. Ainsi, malgré leur développement, leur proportion dans le mix énergétique n’évolue pas car, dans le même temps, les énergies fossiles continuent d’être utilisées toujours en plus grande quantité.

Par ailleurs, comme nous l’avons vu, la fin du pétrole s’accompagnera inévitablement de la fin des autres énergies puisque, sans pétrole, leur extraction, leur raffinage, leur transformation et leur transport sont tout simplement impossibles !

2. Nous n’avons plus le temps !

Une transition, cela implique nécessairement du temps. Or, nous en manquons cruellement… Aujourd’hui, il nous faut aller vite et changer radicalement à peu près tout. Nous proposons donc de remplacer l’expression “Transition écologique” par celle de “Rupture écologique” !

3. L’objectif n’est pas le bon.

Une transition, c’est le passage d’un état A à un état B. Dans la transition telle qu’elle est plébiscitée, promue et faussement amorcée, l’état A correspond à notre Système extractiviste-productiviste-consumériste, capitaliste, néolibéral et mondialisé, carburant principalement aux énergies fossiles. L’état B visé ne se distingue de l’état A que par son seul caractère décarboné – les énergies renouvelables remplaçant les énergies fossiles – sans aucune remise en question de la dimension terriblement destructrice de notre civilisation pour la vie sur Terre. Et le comble est que les énergies renouvelables sont aussi sales et toxiques que les énergies fossiles, comme nous le verrons plus loin.

La transition tant vantée par les écologistes de tout poil et les militant·e·s du mouvement climat est purement énergétique. Pas si surprenant puisque leur combat se réduit à lutter contre le réchauffement climatique.

L’ambition d’une véritable transition digne de ce nom aurait dû être globale, systémique, sociétale, pour passer de notre société écocidaire, socialement inégalitaire et faussement démocratique à une société respectueuse de l’ensemble du vivant, humainement juste et enfin réellement démocratique. Cette transition aurait dû commencer dès la publication du Rapport Meadows en 1972. 50 ans plus tard… il ne s’est rien passé et nous n’avons plus une minute à perdre.

Pour construire une toute nouvelle société, il va nous falloir abandonner cette lamentable transition pour une puissante et radicale révolution !

Non aux “énergies propres” ! 

  1. Aucune énergie ne s’est jamais substituée à une autre… elles s’additionnent !
  2. Remplacer les énergies renouvelables est impossible !
  3. Aucune énergie n’est “propre” !
Pour en savoir plus... déroulez !

1. Aucune énergie ne s’est jamais substituée à une autre… elles s’additionnent (cf “la transition n’est pas la bonne solution”).

2. Remplacer les énergies fossiles par les énergies renouvelables est impossible !

Les énergies “renouvelables” ont une densité énergétique, une puissance, infiniment plus faible que les énergies fossiles.

Les énergies “renouvelables” sont intermittentes (il n’y a pas de soleil la nuit et le vent ne souffle pas en permanence) et présentent un problème de stockage

Les énergies “renouvelables” nécessitent du pétrole pour l’extraction et le raffinage des métaux rares, des énergies fossiles pour la fabrication des éoliennes, des panneaux photovoltaïques et des batteries électriques, et à nouveau du pétrole pour leur acheminement à destination finale.

Or, il ne reste pas assez d’énergies fossiles pour développer massivement les énergies renouvelables de façon à compenser le déclin annoncé des énergies fossiles ! Viser 100% d’énergies renouvelables en 2050 est tout simplement impossible !!!

  

3. Aucune énergie n’est “propre” !

En effet, si le soleil ou le vent sont bien “renouvelables” et infinis, il n’en est rien des matériaux, métaux ou minéraux qui entrent dans la composition des panneaux photovoltaïques, des éoliennes ou des batteries des voitures électriques. Et si ces sources d’énergie “verte” n’émettent aucune pollution, aucun gaz à effet de serre, lors de leur fonctionnement, c’est oublier un peu vite celle bien réelle à l’origine et à l’issue de leur cycle de vie.

L’exploitation de ces matériaux (silicium, cuivre, verre et aluminium pour le photovoltaïque ; acier, béton, carbone ou fibre de verre pour les éoliennes ; métaux rares pour les batteries des voitures électriques, le stockage de l’éolien offshore et du solaire, mais aussi la technologie photovoltaïque du film mince…) est catastrophique pour l’environnement.

N’oublions pas non plus que, de l’extraction des matériaux à la fabrication des panneaux photovoltaïques, éoliennes et batteries électriques, en passant par leur acheminement, les différentes opérations sont très énergivores et donc dépendantes… du pétrole avec toutes les émissions de carbone associées. Si nous ne les subissons pas chez nous, elles existent bien quelque part et contribuent activement au réchauffement climatique de notre toute petite planète. 

En outre, ces énergies étant intermittentes par nature, leur stockage nécessite des infrastructures, elles aussi très énergivores et polluantes dans leur conception.

Enfin, ces métaux ne sont pas recyclés ou si peu (- de 1%) … Les appareils qui en utilisent, comme nos joujoux électroniques par exemple, finissent bien souvent dans des décharges à ciel ouvert au Ghana où ils attendent impatiemment les futures batteries de nos Tesla, ZOE et autres BMW i3. Plutôt que de les recycler nous-mêmes dans nos pays occidentaux consommateurs, nous préférons envoyer nos déchets électroniques hautement toxiques vers de lointaines latitudes où ils seront dépiautés par de jeunes enfants et adolescents au péril de leur santé, de leur vie.

Il est donc un peu facile, pour ne pas dire complètement hypocrite, de qualifier ces énergies de “propres” et totalement illusoire de lutter contre le réchauffement climatique en remplaçant par exemple les voitures thermiques par des voitures électriques. Les voitures électriques sont tout aussi polluantes que les voitures thermiques. Chaque nouvelle voiture est une voiture de trop !

Non à la “croissance verte” ! 

  1. Aucune croissance n’est verte, toute croissance est une arme de destruction massive du vivant et de notre maison !

  2. Notre empreinte écologique ne peut pas durablement dépasser la biocapacité de la planète.

  3. Tout découplage entre l’économie et l’écologie est impossible !

  4. La fausse équation Croissance = emploi + bien-être + réduction des inégalités.

Pour en savoir plus... déroulez !

 

1. Aucune croissance n’est verte, toute croissance est une arme de destruction massive du vivant et de notre maison !

Qu’elle carbure aux métaux rares plutôt qu’aux énergies fossiles n’y change strictement rien. Toute croissance se base sur l’épuisement inéluctable des ressources non renouvelables et sur la surexploitation des ressources renouvelables, à un rythme trop soutenu pour permettre leur régénération. Toute croissance s’accompagne du rejet inévitable de pollution et de déchets inhérent·e·s à la transformation de matériaux, à la production de biens et de services, au transport des marchandises… Toute croissance entraîne des dégâts irrémédiables. L’addition de ces trois typologies d’impacts constitue notre empreinte écologique.

 

2. Notre empreinte écologique ne peut pas durablement dépasser la biocapacité de la planète.

Or, malheureusement, c’est déjà le cas depuis 50 ans !

 

3. Tout découplage entre l’économie et l’écologie est impossible ! 

Il est ainsi impossible de poursuivre une croissance “verte” tout en réduisant notre empreinte écologique.

Il est tout aussi impossible de viser une croissance du PIB tout en réduisant notre consommation énergétique.

 

4. La fausse équation Croissance = emploi + bien-être + réduction des inégalités.

Forgée par la révolution industrielle et boostée de manière fulgurante par les Trente glorieuses, le mythe de la croissance infinie, cette religion de la démesure a profondément inscrit dans nos boites crâniennes – c’est encore plus vrai chez les économistes et celles et ceux qui nous gouvernent – une équation totalement erronée : Croissance = emploi + bien-être + réduction des inégalités. Cette équation ne s’est vérifiée que de manière conjoncturelle pendant la période séparant l’après-guerre du premier choc pétrolier.

La croissance s’est révélée depuis les années 70 massivement destructrice d’emploi(s) pour 3 raisons : 1. les licornes de l’économie immatérielle ont besoin de moins de ressources humaines, 2. la robotisation détruit des millions d’emplois, 3. Les règles de la comptabilité considèrent les salaires comme un coût qu’il convient de minimiser et les dividendes versés aux actionnaires comme des parts de profit qu’il convient de maximiser.

Et les deux autres éléments de l’équation sont eux aussi gravement altérés. Les inégalités ont littéralement explosé et ne font que s’accroitre. Quant au bien-être, avouons-le, il est bien loin d’être au rendez-vous, malgré les promesses du récit dominant actuel.

Plutôt que de créer des emplois “classiques” pour développer les énergies renouvelables et poursuivre notre entreprise collective de destruction massive du vivant sur Terre, nous ferions mieux de confier un travail, une mission, au plus grand nombre, en créant de nouveaux métiers pour nettoyer, réparer et dépolluer notre maison tout en laissant au maximum les différentes formes d’énergies dans le sol.

Seule une véritable décroissance – ou “post-croissance” – choisie (avant qu’elle ne soit subie) permettra de préserver les conditions d’habitabilité de notre planète.

Non au “développement durable” ! 

Pour en savoir plus... déroulez !

 

Les deux termes de cette expression semblent pour le moins antinomiques, surtout sur une planète aux ressources finies. Pourtant, le développement durable eut été envisageable dans les années 1970 si l’humanité tout entière avait modifié radicalement son mode de vie et diminué drastiquement son train de vie pour les rendre soutenables en maintenant notre empreinte écologique sous la biocapacité de la Terre. Pour y parvenir, il nous eut fallu abandonner au passage nos délires de confort consuméro-matérialiste. Évidemment, il n’en fut rien !

Aujourd’hui, le développement n’est plus possible et sa durabilité encore moins puisque l’effondrement est en cours et que la biocapacité de notre planète est dépassée depuis… les années 1970. Cela fait donc 50 ans que nous vivons à crédit.

« Il est trop tard pour le développement durable, il faut se préparer aux chocs et construire dans l’urgence des petits systèmes résilients. » Dennis Meadows lors de sa tournée européenne en 2011-2012

Nous proposons donc de remplacer l’expression “Développement durable” par “Frugalité durable” ou “Sobriété durable” !

Non à l’économie “circulaire” ! 

Pour en savoir plus... déroulez !

Une économie fonctionnant en boucle et qui du coup ne créé aucun déchet, en voilà une idée lumineuse !

Oui, mais non. Car, pour mettre en place une telle dynamique censée être “vertueuse”, une entreprise commence forcément par produire de nouveaux biens à partir de matières premières. Et même si ces biens s’inscrivent ensuite dans une logique de recyclage, encore faut-il que la totalité des biens produits soit récupérée. Sans oublier, que si certains matériaux sont recyclables, la plupart ne l’est pas à l’infini.

La vraie bonne idée serait de commencer par récupérer tous les déchets existants pour les recycler au maximum plutôt que de continuer de les détruire (industrie textile) ou de les envoyer par containers dans les pays du sud (plastique et électronique), en Afrique (Ghana) ou en Asie (Malaisie) où ils finissent dans d’immenses décharges à ciel ouvert, dangereusement manipulés par des enfants qui s’empoisonnent à essayer d’en extraire quelques métaux.

Non à la “neutralité” carbone ! 

Pour en savoir plus... déroulez !

Voilà encore un concept qui semble être aussi louable que vertueux et qui pourtant n’est ni plus ni moins qu’une formidable caution pour surtout ne rien changer et poursuivre tranquillement nos émissions de Gaz à Effet de Serre pourvu que l’on trouve comment les équilibrer ou pire… les compenser (selon la même logique que le droit à polluer).

Malgré les nombreux engagements pris et accords signés par les états membres de la communauté internationale, bien loin de diminuer, nos émissions de GES continuent année après année d’augmenter. Cette neutralité carbone est donc un extraordinaire levier pour légitimer l’utilisation de technologies fort dangereuses comme celles de la géo-ingénierie qui seront indispensables puisque nous ne parviendrons ni à réduire suffisamment nos émissions, ni à les compenser complètement de manière naturelle.

Pour aller plus loin… 

… dans la déconstruction des idées reçues et fausses solutions, nous vous invitons à découvrir le livre Le climat n’est pas le bon combat ! de Jean-Christophe Anna.

« Le climat est LE terme phare de l’urgence de notre temps, LA cause qui fédère les mouvements les plus engagés, LE danger absolu qui mettrait à lui seul en péril la survie de l’humanité.
Pourtant, le climat n’est pas la principale cause de la grave altération de notre si belle maison, mais bien le symptôme de notre entreprise collective de destruction massive du vivant. Notre situation n’a nul besoin du climat pour être catastrophique. L’urgence n’est donc pas climatique, elle est écologique !
Notre empreinte a dépassé toutes les limites de soutenabilité de notre planète depuis 50 ans et nous fonçons toujours plus vite vers le précipice. Au lieu de freiner pour amortir la chute inévitable, nous accélérons vers un chaos inéluctable. Notre civilisation n’a nul besoin du climat pour vivre un effondrement dramatique. L’urgence n’est donc pas climatique, elle est systémique ! 

Pour mieux appréhender les enjeux de notre époque, il convient d’analyser dans le détail les 12 dominos dangereusement interconnectés de notre société mondialisée. Pour bien mesurer notre difficulté à relever les immenses défis du XXIème siècle, il est également nécessaire de comprendre les 12 raisons anthropologiques, psychologiques et sociologiques de notre cruelle inertie, qui pourrait bien nous être fatale. Enfin, pour nous donner une chance de réussir, il est indispensable de déconstruire les concepts «bullshit», le greenwashing hypocrite et les fausses pistes de la lutte contre le seul dérèglement climatique. Voici justement la triple ambition de ce livre. 

Abandonnons le mirage de la transition, la religion de la croissance infinie et notre perverse technofolie. Réveillons-nous, il est urgent et vital de faire sauter les verrous de notre inertie. Cessons d’essayer de « sauver » le climat, il ne risque pas de disparaître, contrairement aux habitants de notre planète. Mobilisons-nous pour SAUVER LA VIE sur Terre ! C’est désormais notre unique mission, notre plus grande responsabilité. Il en va de notre dignité. »

La vérité, toute la vérité, rien que la vérité !

Effondrement de notre civilisation, pénurie énergétique, stress hydrique, altération des écosystèmes, anéantissement de la biodiversité ou dérèglement climatique… pour bien appréhender des sujets aussi complexes que l’ il est essentiel de bien maîtriser les différents concepts, d’identifier clairement les fausses pistes

Dico du vivant

Agroécologie, albedo, boucle de rétroaction, biomimétisme, biorégion, écoféminisme, écologie sociale, effondrement, symbiose…

Quizz de culture vitale

Vous pensez être incollable ? Êtes-vous prêt·e à relever le défi de notre quizz ? Testez vos connaissances en vous cultivant !

Vous souhaitez contribuer ?
Merci pour votre aide !

Une précision que vous souhaitez apporter pour lutter contre les fausses solutions ?
Nous sommes à votre écoute !

Découvrez notre équipe, notre philosophie, nos valeurs, notre ambition…